Traque d’opposants en Egypte: information judiciaire ouverte sur une société française


Publié le à Paris (AFP)

Des juges d’instruction français enquêtent sur la société Nexa Technologies (ex-Amesys), soupçonnée d’avoir vendu du matériel de surveillance au régime du président égyptien Al-Sissi pour l’aider à traquer ses opposants, ont annoncé vendredi la la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) et une source judiciaire.

Cette information judiciaire pour « complicité d’actes de torture et de disparition forcée », confiée en novembre au pôle crimes contre l’humanité à Paris, fait suite à une plainte de la FIDH et de la Ligue des droits de l’Homme (LDH). Amesys est déjà au coeur d’une enquête pour avoir fourni du matériel similaire à la Libye sous le régime Kadhafi.

© 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP.

Auteur: admin

Partager cet article sur :