Syrie: l’EI chassé de 90% de Raqa par les forces soutenues par Washington

Les forces antijihadistes soutenues par Washington en Syrie « contrôlent désormais 90% » de Raqa selon une ONG, et estiment même que la bataille pour s’emparer de la « capitale » du groupe Etat islamique (EI) dans ce pays en guerre « touche à sa fin ».

Assiégés depuis près de trois mois dans cette ville du nord de Syrie, les jihadistes semblent dans l’incapacité de résister aux intenses raids aériens de la coalition dirigée par les Etats-Unis.

« Grâce aux raids aériens intensifs de la coalition dirigée par les Etats-Unis, l’EI s’est retiré en 48 heures d’au moins cinq quartiers, ce qui fait que les Forces démocratiques syriennes (FDS) contrôlent désormais 90% de la cité », a rapporté mercredi à l’AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

D’après lui, « les jihadistes ont perdu tous les quartiers dans le nord de Raqa (…) et sont confinés dans le centre-ville », y compris le secteur des silos de grain et des moulins, également situé dans la partie septentrionale de la ville.

Dans un communiqué, les FDS ont pour leur part indiqué, qu’au cours des derniers cinq jours, leurs forces avaient « mené une attaque surprise » dans le nord de la ville, libérant plusieurs secteurs et « dispersant les forces jihadistes ».

Avec cette avancée, « nous sommes dans les dernières étapes de la campagne +Colère de l’Euphrate+ (nom de la bataille de Raqa, ndlr), qui touche à sa fin », ont-elles estimé.

Selon M. Abdel Rahmane, et « après la mort de centaines de jihadistes au cours des dernières semaines, ces derniers n’arrivent pas à résister plus longtemps à Raqa car leurs ressources en équipements militaires, en armes et en vivres s’amenuisent ».

D’après lui, les combattants de l’EI n’arrivent pas non plus à secourir leurs blessés et se sont repliés vers le centre où ils pensent être « plus en sécurité ».

– Grand nombre de mines –

Les FDS sont entrées début juin dans Raqa et sont plus que jamais proches de la prise de cette cité du nord de la Syrie, qui était la « capitale » de facto du groupe ultraradical dans ce pays dévasté par plus de six ans de guerre.

Rami Adbel Rahmane a cependant souligné que l’avancée des FDS dans les 10% restants de la ville pourrait être délicate en raison du grand nombre de mines posées dans ces quartiers par les jihadistes.

La coalition internationale fournit un appui aérien crucial aux FDS, une alliance de combattants arabes et kurdes qui avait lancé leur grande offensive en novembre pour chasser l’EI de la cité qu’il contrôlait depuis 2014.

« Nous poursuivrons la campagne jusqu’à parvenir à notre objectif », a affirmé à l’AFP Jihan Cheikh Ahmad, porte-parole de l’Opération « Colère de l’Euphrate », sans vouloir confirmer le chiffre de 90% avancé par l’OSDH.

Mardi, des journalistes de l’AFP ont vu des véhicules blindés et des équipements militaires américains arriver dans la ville de Qamichli (nord-est), en route pour Raqa.

Les forces arabo-kurdes mène aussi une offensive distincte dans la province voisine de Deir Ezzor (est), pour chasser les jihadistes des territoires qu’ils contrôlent dans cette région frontalière de l’Irak, la dernière aux mains de l’EI en Syrie.

Déclenché en 2011 avec la répression de manifestations pacifiques par le régime de Bachar al-Assad, le conflit en Syrie s’est complexifié au fil des ans avec l’implication de pays étrangers et de groupes jihadistes, sur un territoire de plus en plus morcelé.

Il a fait plus de 330.000 morts et des millions de déplacés et réfugiés.

© 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP.

Auteur: admin

Partager cet article sur :