Soupçons de corruption: Nasser Al-Khelaïfi interrogé par la justice en Suisse

L’audition de Nasser Al-Khelaïfi, président de beIN Media et du Paris SG, a débuté ce mercredi vers 9h45 (heure française) à Berne, a indiqué André Marty, porte-parole du procureur général de Suisse, qui interroge le Qatari pour corruption présumée.

Al-Khelaïfi est soupçonné, en qualité de dirigeant de beIN Media, d’avoir corrompu Jérôme Valcke, ex-N.2 de la Fifa, pour l’attribution des droits de diffusion de deux Coupes du monde, 2026 et 2030, pour les zones Afrique du Nord et Moyen-Orient.

« Nous avons commencé à interroger le prévenu vers 9h45 ce matin dans le bureau du procureur général de Suisse. Cela va prendre des heures, pour des raisons de traduction mais aussi en raison des nombreuses questions que nous avons et des réponses que nous souhaitons avoir de la part du prévenu », a exposé André Marty à la vingtaine de journalistes, dont l’AFP, présents devant le bâtiment.

Marty a précisé que Al-Khelaïfi était arrivé vers 9h30. Le patron de beIN Media est entré dans les locaux en toute discrétion, échappant aux caméras.

Al-Khelaïfi et Valcke nient les accusations de la justice suisse.

Me Francis Szpiner, avocat du boss du PSG, avait expliqué mercredi dernier à l’AFP que son client « contestait toute corruption » et « souhaitait être rapidement entendu à sa demande par le ministère public de la Confédération suisse ».

« Je n’ai rien reçu de Nasser », a pour sa part clamé dans L’Equipe Jérôme Valcke, déjà suspendu, par la Fifa, pour dix ans de toute activité liée au football, pour d’autres affaires. Le Français de 57 ans a déjà été entendu par la justice suisse.

© 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP.

Auteur: admin

Partager cet article sur :