Pyongyang accuse Trump d’exploiter la mort d’un étudiant américain

La Corée du Nord a traité jeudi le président américain Donald Trump de « vieux fou » pour avoir accusé Pyongyang d’avoir torturé l’étudiant américain Otto Warmbier, mort en juin peu après son rapatriement de Corée du Nord dans le coma.

« Trump et sa clique, avec leur propagande anti-RPDC (acronyme officiel de la Corée du Nord), exploitent une nouvelle fois la mort d’Otto Warmbier », un étudiant américain condamné en 2016 à 15 ans de travaux forcés pour le vol d’une affiche de propagande lors d’un voyage touristique, a affirmé le ministère nord-coréen des Affaires étrangères, cité par l’agence officielle KCNA.

Les Etats-Unis « vont jusqu’à utiliser une personne morte pour leur campagne de conspiration pour alimenter la pression internationale sur la RPDC », ajoute le ministère.

Donald Trump a accusé mardi sur Twitter Pyongyang d’avoir « torturé au-delà de l’imaginable » le jeune homme de 22 ans pendant sa détention. Ses propos suivaient une interview des parents d’Otto Warmbier, qui ont accusé Pyongyang d’avoir « torturé et intentionnellement blessé » leur fils, mardi matin sur la chaîne Fox News.

Otto Warmbier est décédé le 13 juin, quelques jours après avoir été rapatrié dans le coma aux Etats-Unis, après 18 mois de détention en Corée du Nord.

L’autopsie n’a pas révélé selon la légiste de preuve claire de torture physique, ni d’os ou de dents endommagées récemment. Otto Warmbier souffrait de graves lésions cérébrales qui résultent d’ordinaire d’un arrêt cardio-respiratoire, selon ses médecins. Les origines de son coma profond restent mystérieuses.

© 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP.

Auteur: admin

Partager cet article sur :