L’Algérie détruit tout son stock de mines antipersonnel

L’Algérie a annoncé lundi avoir détruit ce qui restait de son stock de mines antipersonnel, dix mois après avoir achevé le déminage de l’ensemble de son territoire.

Quelque 5.970 mines antipersonnel ont été détruites lors d’une cérémonie à Djelfa (sud-est), a indiqué le ministère de la Défense.

L’Algérie avait annoncé en février avoir achevé le 1er décembre le déminage de son territoire, avec la destruction d’environ neuf millions de mines antipersonnel. Le pays avait ratifié en 2000 la convention d’Ottawa sur l’interdiction, l’emploi, le stockage, la production et le transfert des mines antipersonnel.

Selon le vice-ministre de la Défense Ahmed Gaïd Salah, le « fléau (des mines) a fait 7.300 victimes civiles, dont 4.830 durant la guerre (d’Algérie) et 2.470 » après l’indépendance du pays.

L’Algérie a commencé à déminer son territoire en 1963 mais ce n’est qu’en 2007 que Paris a officiellement remis à Alger les plans des mines placées par l’armée française aux frontières est et ouest du pays durant la guerre d’Algérie (1954-1962) qui a conduit à l’indépendance.

© 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP.

Auteur: admin

Partager cet article sur :