Fin des élections locales au Népal, les premières en vingt ans

Les élections locales au Népal, les premières en près de deux décennies, se sont achevées lundi, une étape-clé dans ce pays himalayen meurtri par une longue guerre civile.

Pour cette phase finale, 2,6 millions d’électeurs étaient appelés aux urnes dans la province Numéro Deux, frontalière de l’Inde et théâtre en 2015 de manifestations de la minorité ethnique Madhesi dans lesquelles plus de 50 personnes avaient péri.

Les élections locales avaient déjà eu lieu dans six des sept provinces népalaises, en mai et en juin, mais avaient été plusieurs fois reportées dans cette province située dans la plaine du Teraï, de crainte de violences.

Ce scrutin doit permettre au Népal, où la guerre civile (1996-2006) a fait 16.000 morts et abouti à la chute de la monarchie hindoue pluriséculaire – c’est désormais une république fédérale -, de tourner la page ensanglantée de ce conflit.

Historiquement marginalisés, les Madhesis estiment que le découpage des régions tel que défini par la nouvelle Constitution entraîne leur sous-représentation au Parlement et réclament son amendement.

Le Parti communiste du Népal (marxiste-léniniste unifié, nationaliste), actuellement la deuxième formation au Parlement, a largement remporté les élections locales dans le reste du pays.

Aux termes de la nouvelle Constitution, ce vote doit être suivi d’élections provinciales, puis nationales.

© 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP.

Auteur: admin

Partager cet article sur :