Attaque de Marseille: les victimes sont deux jeunes cousines originaires de Lyon

Les deux victimes qui ont succombé dans une attaque au couteau à la gare Saint-Charles de Marseille dimanche, sont deux cousines de 20 et 21 ans originaires de la région lyonnaise, a-t-on appris lundi de source proche du dossier.

Selon cette source, l’une d’entre elles faisait ses études de médecine à Marseille et l’autre, sa cousine, était venue lui rendre visite pour le weekend.

L’attaque est survenue sur le parvis près de l’entrée principale de la gare de Marseille.

L’assaillant, âgé d’une trentaine d’années et qui ne portait pas de papiers sur lui, a égorgé l’une des victimes et poignardé l’autre, avant d’être abattu par des militaires de l’opération Sentinelle.

Selon des témoins, il aurait crié « Allah Akbar ». Il était connu pour des faits de droit commun sous plusieurs identités, selon des sources proches de l’enquête.

La section antiterroriste du parquet de Paris s’est saisie de l’enquête, ouverte notamment pour « assassinats en relation avec une entreprise terroriste » et « tentative d’assassinat sur personne dépositaire de l’autorité publique ».

Dimanche soir, le groupe jihadiste Etat Islamique (EI) a fait savoir via son organe de propagande que l’assaillant « provient des soldats de l’Etat islamique ».

Tout l’après-midi, le secteur de la gare Saint-Charles a été bouclé par plus de 200 policiers. Totalement interrompu, le trafic ferroviaire a peu à peu repris en début de soirée.

Lundi matin, le trafic avait repris normalement à la gare Saint-Charles. La SNCF a mis en place un numéro vert d’assistance psychologique au 0800 120 821.

© 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP.

Auteur: admin

Partager cet article sur :