A Pyongyang, la Foire internationale est surtout chinoise

Avec deux tiers d’exposants nord-coréens, et les entreprises restantes venant quasiment toutes de Chine, la 13e Foire internationale de Pyongyang, qui a ouvert lundi, porte bien mal son nom.

Le manque de diversité dans l’origine des participants à ce rendez-vous dédié au commerce international est l’illustration de l’isolement grandissant de la Corée du Nord, qui vient d’être frappée par un huitième train de sanctions du Conseil de sécurité de l’ONU.

La dernière résolution -votée il y a deux semaines pour pousser Pyongyang à renoncer à ses programmes nucléaire et balistique- interdit à quelques exceptions près toutes les coentreprises avec les sociétés nord-coréennes, et exige de celles qui existent qu’elles ferment sous 120 jours.

L’unique entreprise européenne présente est la société italienne de transport maritime OTIM, qui fut en 2001 le premier transporteur de l’Union européenne à ouvrir un bureau à Pyongyang.

Les affaires étaient au départ bonnes, se souvient le président d’OTIM Mario Carniglia, mais « les sanctions sont arrivées et les choses sont devenues de plus en plus difficiles ».

Aujourd’hui, l’entreprise s’occupe essentiellement d’acheminer les cargaisons d’aide humanitaire envoyées dans le cadre des programmes de l’ONU et de l’UE. Son activité de fret commercial est « désormais pratiquement nulle ».

Parmi les rares produits nord-coréens qui sont encore exportés à destination de l’Europe, souligne M. Carniglia, figurent les pièces détachées d’accordéons. Un instrument populaire au Nord.

– Savon d’Alep –

« Mais seulement les pièces détachées parce qu’un accordéon entier est considéré comme un produit de luxe et on ne peut pas en importer de Corée du Nord en Europe », relève-t-il.

L’ambassadeur de Russie en Corée du Nord, Alexandre Matsegora, a indiqué à l’AFP que contrairement aux années passées, aucune entreprise russe n’était présente: « Peut-être ne s’intéressent-elles pas à ce marché. »

Les organisateurs indiquent que 253 exposants participent à cette Foire dans les faubourgs de Pyongyang, dont 81 étrangers.

L’un des mieux placés, près de l’entrée, est le stand officiel de la Syrie, qui exhibe une petite sélection de tissus aghabani, utilisés principalement pour fabriquer des nappes brodées damassées, et des barres de savon d’Alep.

Cuba et l’Indonésie sont les deux seuls autres pays ayant un stand officiel.

De leur côté, la plupart des entreprises chinoises sont soit des entreprises publiques présentant des projets d’infrastructures ou des commerçants vendant de l’électroménager à des particuliers, et non des fabricants cherchant à conclure des contrats de longue durée avec des partenaires nord-coréens.

Li Likun, de la Shenyang Xiangbo Trading Company, propose notamment des machines de massage.

C’est sa cinquième ou sixième visite, dit-il: « Chaque fois que je viens, c’est de mieux en mieux. »

– ‘Défi pour le gouvernement’ –

Depuis l’arrivée au pouvoir de Kim Jong-Un fin 2011, la Corée du Nord tolère de plus en plus les initiatives privées et permet la prolifération de petits entrepreneurs qui font commerce de produits alimentaires ou de biens arrivant de Chine.

Une « libéralisation » toute relative qui s’est imposée du fait des carences catastrophiques du régime lors de la famine de la fin des années 1990.

Pyongyang ne publie aucune statistique officielle, mais la banque centrale sud-coréenne pense que l’économie du Nord a enregistré en 2016 sa croissance la plus forte en 17 ans du fait notamment d’une hausse de ses exportations, et ce en dépit des sanctions internationales.

Pour l’heure, les affaires vont « bien », décrit dans les allées de la Foire Kim Kum-Ran, un participant nord-coréen. « Mais ça va se corser ».

« Si seulement les Américains arrêtaient de nous torturer avec leurs sanctions inutiles et nous reconnaissaient en tant qu’Etat nucléaire », se prend-il à rêver. « Le commerce serait libre et il y aurait la paix dans le monde ».

A en croire l’Agence coréenne pour la promotion du commerce et de l’investissement (KOTRA), basée au Sud, les exportations nord-coréennes se sont élevées l’an dernier à 2,8 milliards de dollars et les importations à 3,7 milliards. La Chine pesant à elle seule 90% de ces échanges.

« Le commerce avec la Chine, bien sûr, se poursuit », confie Peter Ross, qui travaille pour un programme de développement de l’Union européenne à Pyongyang.

Les sanctions, souligne-t-il cependant, « rendent les choses de plus en plus difficiles pour ce pays », et notamment parce que la population s’attend à une améliotation de sa situation.

« C’est un défi pour le gouvernement », dit-il.

© 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP.

Auteur: admin

Partager cet article sur :