Le Libanais Wael Jassar excelle à Carthage au 61ème anniversaire de la Garde nationale tunisienne

Le chanteur libanais Wael Jassar s’est produit lundi soir à l’amphithéâtre romain de Carthage dans une soirée tarab exceptionnelle où il a chanté l’Amour et la vie, adressant un fort message de solidarité aux familles des martyrs et blessés de la Garde nationale.

Le spectacle est organisé par le club sportif de la garde nationale qui fête son 61ème anniversaire. Il devait avoir lieu dimanche dernier, mais les conditions climatiques défavorables avaient contraint les organisateurs à le reporter.

Les spectateurs étaient nombreux à ce rendez vous avec l’un des meilleurs artistes sur la scène musicale arabe qui maîtrise l’art de transmettre toute l’esthétique sonore et verbale de la chanson arabe dans une poésie qui s’adresse au fin fond de l’âme humaine, créant une grande symbiose avec le public.

Ayant grandi dans un village de la Bekaa, au Sud-Liban, Wael Jassar s’était fait connaître au début des années 90 par ses chansons du genre tarab. Il s’est fait connaître à ses débuts par son album “Machi wedonnia machia” (Et la vie continue) pour ensuite continuer une remarquable carrière artistique durant laquelle il a réussi à se frayer une place parmi les grandes célébrités de la chanson arabe contemporaine.

Beauté de la voix et romantisme des mélodies, ont fait la principale particularité du parcours de cette star adulée qui a su charmer une large frange des mélomanes sur toute la région arabe moyen-orientale et maghrébine.

Avec générosité et excellence, l’artiste a présenté une sélection de ses tubes les plus connus, à l’instar de “Gariba Ennes”, “mechit kalass”, “betewhachni”, “mawjoue” et tous les tubes qui ont fait sa célébrité auprès de ses fans. De son dernier album, il a interprété “we-betewhachni” (Tu me manques), devant un public en effervescence qui fredonnait en cœur avec lui.

Ses chansons qui enregistrent des visionnages records sur les plateformes internet, sont très appréciés par son public sur petit écran ou dans les grands festivals arabes.

Perpétuant son amour pour la chanson tarab, Wael Jassar a, dans trois de ses albums, revisité les œuvres des grands maîtres de la chanson arabe, tels que Abdelhalim Hafedh et Om Kholthoum.

Son palmarès est riche en récompenses. Son tube “Ghariba Ennas” lui a valu de recevoir en 2010 le prix de la meilleure chanson arabe au Murex d’or. Il est également lauréat du prix de l’excellence dans l’art, pour l’ensemble de son oeuvre, décerné par la section des rédacteurs parlementaires de l’Assemblée du peuple et du Conseil de la choura en Egypte.

Le festival International de la chanson d’Alexandrie de la chanson lui a attribué en 2010 le prix du meilleur chanteur arabe. En 2011, il a été doublement récompensé par le prix “Middle-East Eward”, en remportant le prix du meilleur chanteur arabe et celui du meilleur album.

Cette année il a été récompensé également, cette fois dans son pays le Liban, avec le prix de la musique arabe.

Auteur: admin

Partager cet article sur :