Tunsie- Dhaker Lahidheb, l’un des médecins de Beji Caïd Sebsi, démissionne du courant Démocratique

A travers un post publié sur sa page Facebook, ce vendredi 28 juin 2019 , le spécialiste en cardiologie à l’hôpital militaire de Tunis, Dr Dhaker Lahidheb a annoncé sa démission du parti “le Courant Démocratique” soulignant sa décision de ne plus s’intéresser à la politique. Dr Lahidheb qui faisait partie du staff médical du […] L’article Tunsie- Dhaker Lahidheb, l’un des médecins de Beji Caïd Sebsi, démissionne du courant Démocratique est apparu en premier sur...

Lire la suite

Sihem Ben Sedrine : il est temps que la France reconnaisse ses crimes !

L’Instance vérité et dignité (IVD) prévoit d’envoyer prochainement un mémorandum à la France pour exiger des excuses officielles pour les crimes d’Etat commis sous les régimes de Bourguiba et de Ben Ali. « Les premières violations commises par l’État français à travers ses parachutistes et son aviation, c’est en juillet 1956. La Tunisie était indépendante et ils ont pilonné tout le sud et ont tué des centaines de Tunisiens.  Et le grand massacre, c’était celui de Bizerte. Ils ont tué un peu moins de 5000 personnes. Environ 300 militaires, mais tous les autres étaient des civils », a expliqué la présidente de l’IVD, Sihem Ben Sedrine, dans une déclaration accordée à France Inter publié aujourd’hui, mercredi 26 juin 2019. Mme Ben Sedrine a également indiqué que l’IVD exige de la France des réparations financières pour tous les crimes commis. Exemple : 20.000 dinars tunisiens (DT) pour un homicide commis. L’IVD exige par ailleurs que la France se réconcilie avec ses valeurs et ses anciennes colonies, notamment la Tunisie, car, selon elle, elle n’appliquait pas les droits de l’Homme sur ces anciennes terres conquises. Le but est « de construire un futur apaisé »....

Lire la suite

Du haut de son mihrab, Ennahdha prêche la justice sociale

La scène nationale vit, en cette période, au rythme des préparatifs aux prochaines élections. Fidèle à sa réputation de parti discipliné et organisé, le parti islamiste a entamé depuis plusieurs mois sa stratégie malgré toutes les difficultés conjoncturelles. Du nouveau discours, au programme renouvelé, le parti de Rached Ghannouchi veut se donner une nouvelle image dans l’optique de mieux se positionner. « Pas de citoyenneté sans justice sociale ! » Ceci n’est pas le slogan du Front populaire, ni d’El Massar, encore moins d’Attayar. Il s’agit bel et bien du thème et du slogan du 3ème séminaire annuel des cadres du mouvement Ennahdha. Ce séminaire tenu les 22 et 23 juin 2019 en présence de plus de 1000 cadres du parti islamiste a été l’occasion pour présenter les grandes lignes du mouvement pour la prochaine échéance électorale ainsi que les recommandations pour l’étape à venir. Ainsi, ce séminaire a constitué une occasion pour le mouvement pour se donner « une nouvelle image ». Après avoir voulu se passer pour le parti « civil » et « modéré » lors de son 10ème congrès, le mouvement islamiste de Rached Ghannouchi met, cette fois-ci, la casquette du parti social et progressiste. Organisation méticuleuse et haute technologie mise en place, le mouvement a mis le paquet en faisant une démonstration de ses moyens, d’ailleurs les recommandations ont été votées à travers le « système génération numérique ». Ennahdha n’a pas fait dans la demi-mesure pour véhiculer l’image d’un parti qui maîtrise le monde digital et se défaire de l’étiquette du parti moyenâgeux. Mis à part toute cette panoplie « tape à l’œil », ce qui est plus frappant lors de ce séminaire est le changement d’approche et d’orientation. C’est dire que le parti a mis l’accent sur le volet social en liant directement la citoyenneté à la justice sociale, à savoir « l’égalité des droits et une solidarité collective qui permettent une distribution juste et équitable des richesses, qu’elles soient matérielles ou symboliques ». Des valeurs habituellement adoptées par les partis de gauche, ont été à la une du discours du mouvement Ennahdha connu pour ses orientations libérales. A vrai dire, le parti a compris que c’est le véritable problème des citoyens tunisiens en constatant la montée en popularité de Nabil Karoui qui a choisi de se ranger du côté des plus démunis, gagnant ainsi leur sympathie. Le parti ne s’est pas arrêté à ce stade, mais il a annoncé son intention de lutter contre la corruption. Un axe qui a profité, à un moment donné du chef du gouvernement Youssef Chahed, et lui a fait gagner en popularité. Ennahdha en fait, donc, l’une de ses priorités. Pour ce faire, il estime que la solution...

Lire la suite

Tunisie – Youssef Chahed se rend à Mahdia et inaugure de nombreux projets

Le chef du gouvernement, Youssef Chahed s’est rendu ce samedi, dans le gouvernorat de Mahdia où il a eu un programme très chargé, entre activités sociales et inaugurations de projets industriels ou écologiques. Chahed a entamé sa visite par la remise de plusieurs cartes « A7mini » de couverture sociale au profit des ouvrières en milieu agricole. Il […] L’article Tunisie – Youssef Chahed se rend à Mahdia et inaugure de nombreux projets est apparu en premier sur...

Lire la suite

Mercato : Le Stade Tunisien annonce sa cinquième recrue

Toujours dans le cadre d’améliorer l’effectif de l’équipe première, le Stade Tunisien a annoncé l’arrivé du joueur de l’Union Sportive de Ben Guerdane, Rafik Mednini. âgé de 23 ans, le milieu défensif renforcera les couleurs “Rouge et Vert” pour une période de 3 ans. Le club Bardolais a bien entamé son mercato estival après avoir recruté le […] L’article Mercato : Le Stade Tunisien annonce sa cinquième recrue est apparu en premier sur...

Lire la suite