Discours de Youssef Chahed devant la commission des affaires étrangères au parlement européen

En visite officielle à Bruxelles, le chef du gouvernement, Youssef Chahed, a souligné, lors d’une allocution donnée ce mardi 24 avril 2018, au parlement européen devant la commission des affaires étrangères, que la Tunisie et la jeunesse tunisienne ont besoin de l’aide de l’Union Européenne pour relever les nombreux défis auquel doit faire face le pays.

Youssef Chahed a commencé par évoquer les prochaines élections municipales et le processus de décentralisation qui sera engagé par le gouvernement, soulignant l’importance de ce « challenge » pour amorcer effectivement et efficacement le développement des régions en Tunisie. « L’enjeu est capital et également important en terme de participation. Nous avons mis en place une loi électorale qui oblige une parité horizontale et verticale pour garantir non seulement la participation de la femme mais également sa présence dans les conseils municipaux. Il s’agit d’un enjeu politique très important pour la Tunisie » a-t-il poursuivi.

 

Le chef du gouvernement a ensuite rappelé l’importance des institutions constitutionnelles, affirmant que la mise en place de la cour constitutionnelle ne saurait tarder. Il est également revenu sur la fin du mandat de l’Instance vérité et dignité : « L’ARP a voté l’arrêt du mandat de l’IVD, cela ne veut pas dire que ce sera aussi la fin du processus de justice transitionnelle dont nous sommes très conscients de l’importance. Nous sommes en train de mener une réflexion sur la poursuite de ce processus, car nous pensons que durant les sept dernières années cela a été mené d’une manière pas très bien coordonnée et c’est cette coordination, qui amènerait la Tunisie à une pacification, notamment avec son passé, que nous recherchons désormais » a-t-il confié.

 

Youssef Chahed a ensuite rebondi sur la réussite de la transition démocratique en Tunisie, précisant que des acquis indéniables ont été réalisés depuis la révolution notamment en matière de consécration des libertés. « Nous sommes évidemment en train de réviser les textes. Le président de la République, a annoncé le 13 août dernier une initiative très importante, en matière d’égalité dans l’héritage et du mariage des femmes tunisiennes avec un non musulman et nous sommes conscients que les Tunisiens sont très attachés à ces libertés. La liberté de la presse a été également un des grands acquis de la révolution et pour un pays qui a vécu près de 50 ans dans une sorte de dictature, le changement est notable. N’oublions pas qu’il a été amorcé en sept années ce qui n’est pas grand-chose pour un pays qui compte quand même 3000 ans d’histoire… » a-t-il ajouté.

« Sur la transition économique, nous avons vécu beaucoup de difficultés car nous étions occupés à mettre en place les institutions démocratiques. Je le dis souvent, la démocratie a un coût et si nous avons réussi la transition politique, nous avons moins bien réussi celle économique et sociale. La révolution tunisienne s’est faite autour de trois revendications principales, la liberté, la dignité et l’emploi. Aujourd’hui, la lutte contre le chômage est un défi à relever pour la Tunisie et si l’économie n’a pas décollé, notamment à cause de tous les bouleversements qu’a connu le pays, le volet sécuritaire a aussi impacté la situation dans le pays, aussi avec les impacts de la guerre en Libye que nous tentons par des moyens pacifiques et à travers des initiatives basées sur le dialogue d’aider à désamorcer » a déclaré le chef du gouvernement.

Youssef Chahed a estimé que l’enjeu économique est aujourd’hui primordial pour l’aboutissement de la transition démocratique en Tunisie. Il a évoqué la crise économique traversée par le pays, rappelant et soulignant les efforts entrepris, notamment en matière de sécurité et d’expertise dans la lutte contre le terrorisme, pour relancer le tourisme, un des piliers de l’économie tunisienne.

« Si le risque 0 en matière de terrorisme n’existe pas et ce dans tous les pays du monde, nous avons en Tunisie un défi additionnel à relever, celui du retour des Djihadistes des zones de tension. Pour cela nous avons développé un arsenal juridique, notamment à travers la loi sur la lutte contre le terrorisme et contre le blanchiment d’argent, qui va nous permettre, dans le cadre légal, de gérer ces menaces » a-t-il précisé.

Youssef Chahed a enfin souligné que la Tunisie reprend peu à peu sa place sur la carte économique mondiale ainsi que sa compétitivité avec entre autres le retour progressif du tourisme. Il n’a pas manqué de rappeler l’affaire des listes noires, précisant que cela avait créé une vive consternation « de la part d’un pays ami de l’UE » et soulignant que tout est entrepris pour que la Tunisie soit retirée lors de la plénière de novembre de la liste GAFI.

« Nous avons toujours été taclés de la part de l’UE, avant la révolution, pour les questions de manque de démocratie, nous sommes aujourd’hui un pays qui a réussi sa transition démocratique et nous pensons que l’UE doit avoir avec la Tunisie des relations étroites, différentes et privilégiées et probablement inventer un statut différent pour la Tunisie. Sur la question de l’ALECA, nous estimons que deux paramètres importants sont à prendre en considération, à savoir la symétrie et la progressivité. Sur la question de l’Open Sky en revanche, la Tunisie a fait beaucoup d’efforts pour qu’on puisse signer l’accord de l’Open sky et la balle est en ce moment dans le camp européen » a-t-il conclu, avant de revenir brièvement sur la confirmation des engagements de la Tunisie envers le FMI, en ce qui concerne la réforme de l’administration et des entreprises publiques, des caisses sociales et la caisse de compensation. « Il s’agit d’accords pressants pour la Tunisie mais nous nous sommes engagés et nous allons les faire » a rappelé Youssef Chahed, réitérant l’attachement de la Tunisie à l’UE et son engagement basé sur des valeurs partagées et appelant l’Union Européenne à fournir son aide à la Tunisie et des outils permettant de mieux valoriser le changement entrepris depuis la révolution et à en mesurer l’ampleur.

Nizar Bahloul, envoyé spécial à Bruxelles

Auteur: admin

Partager cet article sur :