Des organismes et associations dénoncent la violation des libertés individuelles pendant le mois de ramadan

Le SNJT, l’Association tunisienne des femmes démocrates, la Ligue tunisienne de défense des droits de l’Homme, le Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’Homme, l’Uget, l’Association tunisienne de défense des libertés individuelles, l’Association des Femmes Tunisiennes pour la Recherche sur le Développement, Bayti et l’Association vigilance pour la démocratie et l’Etat civil ont publié ce jeudi 23 mai 2019 un communiqué de presse dénonçant des violations des libertés individuelles constatées en ce mois de Ramadan.

Ces organismes et associations ont souligné que la responsabilité de ces violations incombe au ministère de l’Intérieur et ont exprimé leur solidarité absolue avec tous ceux dont les droits individuels ont été violés dans les cafés et les lieux publics en raison de leur refus de jeûner. « Nous les soutiendrons et nous tiendrons à leur côté s’ils décident de recourir à la justice » précisent-elles.

« Nous rappelons également aux autorités tunisiennes, principalement au ministère de l’Intérieur, de respecter les accords internationaux ratifiés, garantissant les libertés de chacun et de respecter les principes de la Constitution de janvier 2014, qui garantit la liberté de conscience. La violation des droits individuels, l’imposition du jeûne aux citoyens, la fermeture des cafés et des restaurants au nom de l’engagement religieux n’est autre que de la maltraitance sociale. Le harcèlement et la poursuite des non-jeûnes sont totalement contraires aux fondements de l’état civil que nous cherchons à instaurer » ont enfin affirmé les associations et organismes signataires.

 

M.B.Z

Auteur: admin

Partager cet article sur :